Afrique

Ambassadeur d'Addis-Abeba à Khartoum : "le Soudan s'est emparé de 9 camps militaires éthiopiens"

- Lors d'une réunion avec des représentants d'organisations internationales et des ambassadeurs de pays étrangers, dans la capitale soudanaise, Khartoum, selon l'Agence Anadolu.

Hajer Cherni   | 13.01.2021
Ambassadeur d'Addis-Abeba à Khartoum : "le Soudan s'est emparé de 9 camps militaires éthiopiens"

Sudan

AA / Soudan

L'ambassadeur d'Addis-Abeba à Khartoum, Petal Amero, a accusé ce mercredi l'armée soudanaise de s'être emparée de 9 camps militaires à l'intérieur du territoire éthiopien.

C'est ce qui ressort d'une réunion avec des représentants d'organisations internationales et des ambassadeurs de pays étrangers, dans la capitale soudanaise, Khartoum, d'après le correspondant de l'Agence Anadolu.

"Nous avons été frappés par les attaques de l'armée soudanaise visant le territoire éthiopien et la confiscation de 9 camps depuis novembre dernier", a indiqué Amero.

Et d'ajouter que "les attaques perpétrées par l'armée soudanaise contre l'Éthiopie devront cesser afin de parvenir à une solution à travers des moyens pacifiques".

"Le comité chargé de la démarcation des frontières entre le Soudan et l'Ethiopie en 1972 n'a pas soumis ses rapports concernant la résolution du problème de l'agriculture et de la colonisation. Ainsi, les agriculteurs éthiopiens ne pourront pas être expulsés de cette zone", a-t-il poursuivi.

De son côté, l'Ambassadeur Syed Al-Tayyib, Directeur du Département du droit international et des traités au ministère soudanais des Affaires étrangères, a souligné, lors de cette réunion, que son pays s'engage à résoudre tous les différends avec les pays voisins par des moyens pacifiques.

Le chef de la Commission nationale des frontières au Soudan, Moaz Tango a, en revanche, critiqué l'impuissance de l'Éthiopie à prendre des mesures rigoureuse qui mettent fin aux attaques des milices armées contre les Soudanais depuis 1957.

"Maintenant, des milliers d'agriculteurs éthiopiens ont implanté des colonies à l'intérieur des terres soudanaises. Tandis qu'Addis-Abeba n'a pas encore mis en œuvre de mémorandums d'accord avec Khartoum concernant les dommages provoqués auprès des agriculteurs soudanais, en raison de la présence militaire de l'Éthiopie à Al-Fashaqa (est)", ajouté Tango.

Il est à noter que le chef de la Commission nationale des frontières au Soudan, Moaz Tango a démenti, mardi, les informations selon lesquelles des forces de son pays auraient pris le contrôle du territoire éthiopien.

S'exprimant à l'Agence Anadolu, Tango a déclaré : "Aucune force soudanaise ne se trouve sur le territoire éthiopien, car nos forces sont positionnées dans les frontières mêmes de notre pays, qu'elles connaissent bien".

Les frontières soudano-éthiopiennes ont été, récemment, le théâtre de nombreux incidents remarquables, déclenchés par une attaque armée visant une force de l'armée soudanaise au mont Touriya (est) en décembre.

La région en question, est le théâtre de violences depuis 26 ans entre agriculteurs des deux pays, particulièrement pendant la saison des pluies.

Des bandes éthiopiennes sont également actives dans la région. Elles s'emparent des terres des agriculteurs soudanais, après avoir expulsé ces derniers par la force des armes.

Le Soudan accuse souvent l'armée éthiopienne de soutenir ces gangs. Addis-Abeba a toujours démenti ces allégations.

*Traduit de l'arabe par Hajer Cherni.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın