Afrique

Algérie : Pas de médiation saoudienne dans le différend avec le Maroc

- Selon l'envoyé spécial du ministère algérien des Affaires étrangères pour le Maghreb arabe, Ammar Ballani, au lendemain de la visite du ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan

Abderrazak Boulkemh   | 15.09.2021
Algérie : Pas de médiation saoudienne dans le différend avec le Maroc

Algeria

AA / Algérie / Abderrazzak ben Abdallah

Un responsable algérien a démenti, mercredi, que la visite du ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan dans son pays portait sur une éventuelle médiation de Riyad dans le différend entre l'Algérie et le Maroc.

Dans une déclaration aux médias, l'envoyé du ministère algérien des Affaires étrangères pour les pays du Maghreb et du Sahara occidental, Ammar Ballani, a déclaré que "la question de la médiation évoquée par les médias n'a pas été soulevée dans la mesure où elle ne figurait pas à l'ordre du jour de la visite."

Reçu mardi par le président algérien Abdelmadjid Tebboune, bin Farhan lui a transmis un message du roi saoudien Salman bin Abdelaziz, dont le contenu n'a pas été divulgué.

La visite du ministre n'a duré que quelques heures, et a porté sur "le renforcement de la coopération conjointe dans de nombreux aspects, y compris la coopération bilatérale sur le plan politique afin de renforcer la sécurité et la stabilité de la région", indique l'agence de presse saoudienne "SPA".

Elle a également permis aux deux parties de "discuter de l'évolution des événements régionaux et internationaux", ajoute la même source.

Et Ballani d’ajouter : "La position de l'Algérie concernant la rupture des relations (avec le Maroc) n'a pas changé et ne changera pas."

Il a expliqué que "le ministre (algérien) des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a souligné lors d'une réunion des ministres arabes des Affaires étrangères, tenue quelques jours auparavant, que la décision de rompre les relations diplomatiques (avec le Maroc) n'est pas sujette à discussion ou à délibération car il s'agit d'une décision souveraine, définitive et irréversible. "

Les médias algériens avaient rapporté que Lamamra avait refusé de discuter de la crise avec le Maroc lors de la réunion des ministres arabes, tenue au Caire le 9 septembre.

"Toute initiative (de médiation), quelle que soit sa nature, est réductrice et superficielle si elle ignore l'entière responsabilité du Maroc dans la détérioration des relations bilatérales", avait déclaré Lamamra.

L'Algérie a annoncé, le 24 août, la rupture de ses relations diplomatiques avec le Maroc en raison de ce qu'elle a qualifié de "démarches hostiles", ce que Rabat a considéré comme des "justifications fallacieuses".


*Traduit de l’Arabe par Mourad Belhaj

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.