Afrique

Algérie/Covid-19 : les hôpitaux d'Alger submergés par les malades

Nadia Chahed   | 12.01.2022
Algérie/Covid-19 : les hôpitaux d'Alger submergés par les malades

Algeria



AA/Alger/Aksil Ouali

Les hôpitaux et autres établissements hospitaliers de la capitale algérienne, Alger, enregistrent une forte hausse d'admissions de malades atteints de Covid-19, ont annoncé mercredi des sources sanitaires locales.

Traversant une quatrième vague de la pandémie, l’Algérie voit le nombre de patients repartir à la hausse depuis quelques jours avec plus de 600 nouveaux cas quotidiens. Cette situation commence à se faire ressentir au niveau des hôpitaux, comme l’ont confirmé aujourd’hui des responsables d'établissements sanitaires à l'agence de presse algérienne ( APS-officielle) .

Au CHU Mustapha Bacha, situé au centre d’Alger, le chef de services Covid-19, le Pr Kamel Hayel, a affirmé que le nombre de nouveaux patients accueillis quotidiennement a doublé ces derniers jours. Le service qui accueillait en décembre dernier de 8 à 9 cas par jour, reçoit désormais une moyenne quotidienne de 17 à 20 cas.

Ce responsable fait savoir que pour la plupart des cas admis au niveau de son unité de soins sont des familles contaminées par des enfants scolarisés, qualifiant ces cas de « potentiellement graves, en ce sens que ces personnes recourent souvent à l’automédication et refusent de se rendre aux établissements hospitaliers ».

Selon le même responsable, 85 à 90 % des cas hospitalisés ne sont pas vaccinés et 10 % seulement ont reçu les deux doses de vaccin. Même état des lieux au CHU Issad Hassani de Beni Messous, sur les hauteurs d’Alger, qui enregistre, selon son chef de service de médecine du travail et des activités médicales et paramédicales, le Pr Cherifa Idder, un total de 136 patients. Cette dernière fait, en outre, état de la saturation du service de réanimation, prévoyant l’aménagement d’autres services pour faire face à la pandémie.

Selon la même responsable, l’hôpital a mobilisé neuf services pour la prise en charge des cas Covid-19, dont des services pédiatrie où 5 cas sont hospitalisés, les services gynécologie et cardiologie. Les cas admis, « bien que soumis à une longue hospitalisation ne nécessitent pas une oxygénothérapie », a-t-elle précisé.

La situation est la même au niveau de l’Etablissement public hospitalier (EPH) de Zéralda, à l’ouest d’Alger, où les responsables parlent d’un taux d’occupation des lits de 91% (53 lits sur 60) et une saturation (100%) du service réanimation. L’hôpital Nafissa Hammoud (Ex-Parnet), à l’est d’Alger, connaît aussi une augmentation du nombre des cas dans le service d’examen médical du Covid-19, passant de 10 et 15 cas durant le mois de décembre dernier à une moyenne de 48 à 50 cas durant ces derniers jours.

Le service de réanimation de cette structure de santé est complètement saturé, obligeant les responsables de cet hôpital à prévoir son extension, d’autant que les cas reçus nécessitent une longue durée de séjour, oscillant entre 20 et 35 jours.

Pour la journée de mercredi, le ministère de la Santé a fait état de 610 nouveaux cas confirmés de coronavirus (Covid-19), 367 guérisons et 9 décès enregistrés. Les autorités algériennes peinent à convaincre la population de la nécessité de se faire vacciner, malgré la disponibilité des vaccins anti-Covid.

Seulement une partie des dépêches, que l'Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l'AA, de manière résumée. Contactez-nous s'il vous plaît pour vous abonner.
A Lire Aussi
Bu haberi paylaşın